dU PAYS BASQUE

aux grandes écoles

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle
  • YouTube - White Circle
  • Instagram - White Circle

AERONAUTIQUE : nos conseils pour étudier et travailler dans ce secteur.

April 29, 2017

Comment accéder aux carrières dans l’aéronautique ? Quelles sont les voies empruntables et celles à éviter ? Faut-il nécessairement faire une école spécialisée ? Faire un passage obligatoire par une classe prépa ?


Ximun, Carole et Peio, trois membres de l’association Du Pays Basque aux Grandes Ecoles, répondent à ces questions.

Bonjour à tous les 3, et merci encore pour votre participation à cette interview, où nous allons essayer de clarifier certains points sur les carrières dans l’aéronautique. Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

 

Carole : Hello tout le monde ! Je m’appelle Carole et j’ai intégré le groupe Airbus depuis presque 3 ans. Je suis actuellement chef d’équipe de production de satellites de télécommunication. C’est un poste que j’occupe depuis 1 an et qui consiste à coordonner des équipes d’opérateurs et de techniciens.

 

Peio : Salut tout le monde, je m’appelle Peio et je travaille depuis un peu plus d’un an à Toulouse en tant qu’ingénieur logiciel chez Apsys, centre d’expertise du groupe Airbus en termes de maitrise des risques. Auparavant, j’avais effectué plusieurs stages au sein d’entreprises du secteur aéronautique (Airbus, Turbomeca, 2MoRO).

 

Ximun : A mon tour. Je suis Ximun, ingénieur chez Dassault Aviation depuis 3 ans. J’y ai effectué mon stage de fin d’étude, puis j’ai été embauché dans les services d’études aérodynamiques. Je travaille dans la conception des formes aérodynamiques de nos futurs avions civils et militaires. Ma problématique est la suivante : quelles formes donner aux avions pour qu’ils « volent bien ». « Voler bien » signifie voler en toute sécurité et en consommant le moins de carburant possible. Ce dans quoi je suis spécialisé, c’est la conception numérique de la forme des avions et le test de leurs performances grâce à des ordinateurs très puissants, des supercalculateurs.

 

Est-ce que vous pourriez nous décrire votre parcours, celui vous ayant amené à ces carrières dans l’aéronautique ?

 

Peio : Après le lycée j’ai effectué une classe prépa MPSI/PSI au lycée Louis Barthou (Pau) avant d’intégrer l’école d’ingénieurs ESTIA (Bidart). Soulignons que ce type de parcours ne prédestine pas forcément à une carrière dans l’aéronautique. D’abord, l’enseignement des sciences dans les classes prépa du type MP, PC et PSI reste très abstrait avec beaucoup de Maths, Physique et Chimie. Ensuite, l’ESTIA est une école d’ingénieurs généraliste qui, par conséquent, ouvre ses portes à un grand nombre de secteurs: l’industrie automobile et ferroviaire, le BTP, les énergies, les institutions financières, etc. Ma spécialisation s’est plutôt effectuée au cours des différents stages en entreprise, ainsi que lors de mon année d’étude à l’Université de Cranfield (UK) reconnue pour la qualité de son enseignement en aéronautique.

 

Ximun : J’ai passé un BAC scientifique au lycée de Navarre à St Jean Pied de Port. J’ai poursuivi en classes prépa maths comme Peio (MPSI puis MP) à Bordeaux au lycée Montaigne et j’ai intégré l’école d’ingénieur ENSTA ParisTech (concours Mines-Ponts). J’y ai suivi un cursus généraliste. En parallèle de ma formation d’ingénieur, j’ai suivi un Master 2 de recherche à l’UPMC (Paris 6) en mathématiques appliquées.

 

 

Carole : Mon parcours est un peu différent.
Après l’obtention de mon Bac S en 2007 (au Lycée Malraux de Biarritz), j’ai intégré l’INSA de Toulouse, une école d’ingénieurs post-bac.
J’y ai suivi un cursus d’ingénieur en génie biochimique mais plus les années ont passé, plus je me suis rendue compte que, d’une part le domaine ne me passionnait pas vraiment.
Pour me« ré-orientater », j’ai suivi une année de Mastère Spécialisé en « Management de Grands Projets », une formation dispensée en partenariat par HEC Paris et l’ISAE (ex-SUPAERO).

Cette fois ci était la bonne : j’ai été absolument passionnée par les cours et le réseau des anciens m’a permis de trouver sans difficulté mon stage au sein d’Airbus. Depuis, c’est une véritable histoire d’amour !

 

Quelle est votre vision du secteur aujourd’hui ?


Peio : Globalement, c’est un secteur qui a le vent en poupe en France et à l’échelle européenne. On entend régulièrement parler de grosses commandes d’avions dans les médias, que ce soit à propos du Rafale de Dassault ou bien pour les avions de ligne moyen et long-courrier d’Airbus (l’A320 par exemple), preuve de la pérennité du secteur.

 

Ximun : Exactement, le secteur se porte bien. Le domaine est très dynamique en France, dans le civil comme dans le militaire. C’est un des rares secteurs industriels qui embauche en ce moment. C’est également un secteur qui présente de grands défis !
L’aviation sera un moyen de transport toujours plus utilisé pour réduire les distances. Mais désormais son développement ne se fera que sous de fortes contraintes d’empreinte carbone et de nuisance sonore. Ce secteur verra dans les prochaines années le développement de nombreux domaines innovants : drones (ces avions sans pilote), sources énergétiques de propulsion alternatives, nouveaux matériaux légers et résistants, automatisation de l’avionique, vol supersonique ... Tout cela doit se faire en garantissant un haut niveau de sécurité dans un espace aérien toujours plus dense.

 

Carole : Oui, et c’est un secteur peu touché par la crise : les carnets de commande sont pleins et toutes les estimations prévoient une augmentation du trafic aérien pour les années à venir. Le milieu n’en reste pas moins très concurrentiel. Les entreprises, PME comme grands groupes, sont donc sans cesse obligées de se remettre en question et de revoir leurs prévisions à court et long terme. Ce contexte crée une vraie dynamique.

 

Et puis il faut parler des perspectives de carrière ! Dans une entreprise comme Airbus, il est possible de « gouter » à plein de métiers différents ! Il arrive par exemple de rencontrer des ingénieurs ayant travaillé au service Marketing avant de rejoindre les équipes en Production. Pour un jeune ingénieur, je trouve ça rassurant de se dire qu’on pourra tester divers métiers avant, peut-être, de se fixer dans un domaine.

 

Et pour conclure, le produit est extraordinaire ! Qui n’a pas eu des étoiles dans les yeux, étant petit, en regardant passer un avion dans le ciel ?

 

Justement, parlons un peu carrière : existe-t-il un chemin plus sûr, plus traditionnel pour accéder aux métiers de l’aéronautique ?

 

 

Ximun : Je pense que oui. Il a bien sûr la voie royale des écoles d’ingénieurs aéronautiques. Ce n’est pas la voie que j’ai choisie, mais j’encourage les élèves passionnés par l’aéronautique à l’envisager. Il en existe toute une série : ISAE- SUPAERO, ISAE-ENSICA, ENSMA, ESTACA etc. Certaines écoles présentent des spécialités aéronautiques : École Centrale Paris, EPF, ENSAM, École Centrale Lyon, UTC, SUPMECA, IFMA, INSA Toulouse, ENAC, l'École de l'Air ...

De plus, je remarque qu’un certain nombre de mes collègues ont suivi des cursus scientifiques à l’université. On note aussi l’existence de plusieurs IUT spécialisés aéro : Ville d'Avray, Paul Sabatier de Toulouse, Salon de Provence ...

 

Carole : Il existe des chemins assez standards : on croise dans nos entreprises beaucoup d’ingénieurs en mécanique sortis des écoles comme les INSA, ENSAM, etc…
Les formations « marquées » aéronautique comme l’ISAE (ex-SUPAERO + ENSICA), ESTACA ou encore ISAE sont aussi d’excellentes voies pour entrer dans le secteur, c’est bien vrai.

 

Peio : Je suis du même avis. Ces écoles définissent clairement une voie principale pour ces carrières. Cependant, les entreprises sont également très demandeuses de profils qui ne correspondent pas forcément aux ingénieurs issus de ces écoles. Ainsi, dans le secteur aéronautique, on trouve un grand nombre personnes ayant des compétences en informatique, électronique, systèmes embarqués, mécanique des fluides, résistances des matériaux, conception mécanique, chimie, etc.

 

Carole : Complètement. Ce n’est pas parce qu’on ne sort pas de ces formations qu’il faut se fermer les portes du monde aéro, au contraire ! Les RH savent aussi apprécier les parcours atypiques du moment que les choix sont cohérents et surtout justifiés. Les formations d’ingénieurs nous apprennent surtout à appréhender des problèmes, les résoudre, et développent notre faculté de travail. La spécialité choisie est ensuite « un vernis » apposé sur cette base.

 

Un petit mot de la fin pour donner envie !

 

Carole : Le monde de l’aéro propose des métiers passionnants. Le secteur sait faire confiance aux jeunes et les métiers intéressants ne sont pas réservés qu'aux plus expérimentés.

J’attire aussi l’attention des étudiantes : les filles sont très recherchées dans ce secteur encore trop masculin. Il existe de nombreuses initiatives dans les entreprises pour favoriser le recrutement de filles mais aussi pour dynamiser le réseau féminin en interne !

Enfin, et cela concerne tous les milieux : il faut faire ce qui vous plait ! Toute décision, quelle qu’elle soit et tant qu’elle est justifiée, peut être comprise et valorisée dans le monde des entreprises !

 

Peio : Le secteur aéronautique a encore de belles années devant lui notamment grâce à l’afflux de commandes d’avions et l’expansion du marché des drones, mais il reste aussi d’importants défis à relever comme le remplacement du kérosène par des énergies renouvelables efficaces !

 

Ximun : D’un point de vue environnement de travail, le secteur aéronautique regroupe des gens qui aiment leur métier : l’ingénieur du bureau d’étude comme l’ouvrier de la chaine de production, les responsables marketing comme les pilotes d’essai. L’avion est un objet qui indéniablement suscite la fascination. Sa conception, sa production et sa commercialisation fédèrent des personnes au profil et cursus très variés mais qui partagent une même passion. Tout le monde peut trouver sa place dans cette grande famille !

 

MERCI A VOUS !

 

Des questions suite à la lecture de cet article ? N'hésitez pas à contacter l'association pour toute interrogation supplémentaire. Nos parrains sont là pour ça !

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives