ARCHI : nos conseils pour étudier et travailler dans ce secteur

June 1, 2017

Comment accéder aux carrières dans l'architecture ? Quelles sont les voies empruntables et celles à éviter ? Faire un passage obligatoire par une classe prépa. Estelle et Mickael, deux membres de l’association Du Pays Basque aux Grandes Ecoles, répondent à ces questions.

Bonjour à toutes les 2, et merci encore pour votre participation à cette interview, où nous allons essayer de clarifier certains points sur les carrières dans l'architecture. 

 

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

 

Estelle : Bonjour, je m’appelle Estelle, je me suis diplômée en architecture en 2014 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux et j’ai obtenu mon Habilitation à la Maîtrise d’œuvre en mon Nom Propre (HMONP) en 2016. Depuis plus de deux ans, je travaille dans une agence d’architecture dans l’agglomération bordelaise : l’Atelier Cambium.

 

Mickaël : Bonjour, je m’appelle Mickaël. Je suis architecte HMONP au cabinet d’architecture ALAMAN&MACDONALD situé à Cambo-les-Bains et cela depuis deux ans. Entouré d’une équipe de 6 personnes (architectes, dessinateur, économiste et conducteur de travaux) j’occupe le poste d’architecte en titre qui me permet d’interagir et de participer  aux différentes phases de projet avec les nombreux acteurs qui l’entourent.

 

Est-ce que vous pourriez nous décrire votre parcours, celui vous ayant amené à ces carrières dans l’architecture ?

 

Estelle : Je suis bachelière du lycée St Thomas d’Aquin, à St Jean de Luz, où j’ai obtenu mon Bac S. J’ai directement intégré l’ENSAPBx après le lycée et y ait suivi la quasi intégralité de mon cursus, à l’exception d’une année d’étude en Italie. J’ai ainsi obtenu ma Licence, puis mon Master, grâce auquel je suis titulaire du diplôme d’architecte DE et me permettant de travailler en agence. Puis, j’ai passé l’HMONP, m’autorisant à exercer mon métier en mon nom : monter ma propre agence si je le souhaite et apposer ma signature sur mes réalisations.

 

Mickaël : J’ai passé un Bac scientifique au lycée privé Saint Joseph à Ustaritz. J’ai ensuite intégré une prépa en Art à l’école d’art de Bayonne-Anglet-Biarritz, celle-ci s’appelle aujourd’hui Ecole d’Art de l’Agglomération Côte Basque-Adour. J’ai ensuite intégré l’Ecole d’Architecture et de Paysage de Bordeaux ou j’ai suivi le cursus Licence puis Master et terminer avec la formation HMONP en alternance avec le cabinet d’architecture ALAMAN&MACDONALD.

 

Justement, parlons un peu carrière : existe-t-il un chemin plus sûr, plus traditionnel pour accéder aux métiers de l’architecture ?

 

Estelle : Contrairement aux idées reçues, il ne faut pas nécessairement avoir un Bac Scientifique pour intégrer une Ecole d’Architecture. De nombreux camarades avaient des Bacs L ou ES voire même des Bacs Pro. Dans mon école, à Bordeaux, cela ne pose aucun problème compte-tenu de son orientation artistique. Les enseignants cherchent un « profil », quelqu’un de passionné, ayant un minimum de fibre artistique et de curiosité. Si les étudiants ont tous le même parcours, ce n’est pas intéressant : tu es différent, tant mieux ! Par contre, pour être architecte, il n’y a qu’une voie possible : celle des écoles d’architecture qui délivrent cet unique diplôme. Il en existe une vingtaine d’écoles publiques et une privée en France.

 

Mickaël : Je ne sais pas si on peut évoquer la notion d’UN chemin plus sûr ou traditionnel... mais plutôt se pencher sur les chemins qui permettent d’accéder aux différents métiers de l’architecture. En effet, la personne souhaitant faire de l’architecture d’intérieure devra se tourner vers un BTS design d’espace que propose Cantau à Bayonne. Celle-ci pourra une fois son BTS en poche se tourner vers une école d’architecture. Un pont entre ses formations lui permettra d’intégrer directement la deuxième année de licence.

Sinon il y a ceux plus attirés par l’ingénierie, ceux-ci se tourneront vers les écoles d’ingénieurs, et les différentes branches de ces écoles les mèneront à faire de l’ingénierie lié au bâtiment : bureaux d’études, géomètres...

 

Pour finir, ceux qui souhaiteront devenir architecte, devront passer par l’une des 22 écoles d’architecture présentent en France métropolitaine et proposant le cursus européen nommé Licence Master Doctorat. Le grade Licence amenant au Diplôme d’études en architecture et le grade Master celui du diplôme d’Etat d’architecte. La formation HMONP permet de compléter sa formation et permet aux diplômés d’acquérir les connaissances nécessaires afin d’exercer en son nom propre.

 

Quelle est votre vision du secteur aujourd’hui ? 

 

Estelle : C’est un métier passionnant, créatif où l’on apprend tous les jours ! Le secteur a cependant longtemps subi les conséquences de la crise économique, qui a ralenti l’activité du BTP. Aujourd’hui, il me semble que le secteur se porte un peu mieux.

 

Mickaël : Que ce soit à travers les constructions publiques, privées, les rénovations et réhabilitations, le secteur de l’architecture et un secteur qui, je pense, se porte bien, du moins pour la zone géographique que je côtoie, c’est-à-dire le Pays-Basque. En effet, malgré les complexités administratives et la multiplication des règlementations, les richesses de nos villes et villages permettent une expression architecturale     riche. Entre respect des fondamentaux architecturaux et volonté d’évolution (architecturale, environnementale, techniques...), la profession est en constante mutation et réflexion.

Un petit mot de la fin pour donner envie !?

 

Estelle : L’architecture est un univers vaste ! De l’analyse de la morphologie de la ville ou des usages sociologiques des lieux, à la conception des espaces de vie, puis au chantier et à la coordination des différents corps de métier, l’architecte réalise de multiples tâches toutes plus passionnantes les unes que les autres !

 

Mickaël : Lycéen, l’envie d’être architecte se traduit par la volonté d’imaginer des bâtiments, suivre des chantiers...Les études en architecture se traduisent finalement par une ouverture d’esprit de l’individu. A travers l’apprentissage et l’observation des couleurs, des formes, des ombres, l’école apporte les outils permettant de voir différemment. Elle apprend le dialogue avec un lieu, le respect d’un site, l’intégration dans celui-ci tout comme la prise en compte de l’environnement.

 

Plus généralement, depuis que j’exerce mon métier d’architecte, j’ai découvert une partie de mon métier que je ne faisais que soupçonner auparavant : je veux parler de la notion de « créer » qui s’est révélée par la pratique. Bien sûr que l’on crée des bâtiments mais le plus important pour moi est le fait de créer des lieux, de vie, de travail, de rencontre, d’apprentissage... Voir que les espaces conçus et bâtis permettent à ses usagers de s’épanouir, de se retrouver, d’évoluer ou encore de grandir sont pour moi les éléments essentiels à l’épanouissement personnel dans cette profession.

 

MERCI A VOUS !

 

Des questions suite à la lecture de cet article ? N'hésitez pas à contacter l'association pour toute interrogation supplémentaire. Nos parrains sont là pour ça !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives